The Iyasa language alphabet chart presented to the public

POSTE DE COMPTABLE

Ministry opportunities in SIL Cameroon

Le nouveau Directeur Exécutif de la SIL International prend ses fonctions

SIL CAMEROON WORKS ON NATIONAL LANGUAGES CELEBRATED WITH AN AFRICAN EXCELLENCE AWARD

La Journée Internationale de la Langue Maternelle - Le 21 février 2015

Publication du lexique lagwan: un nouveau palier franchi pour le développement de la langue lagwan

Le cri du développement des langues retentit dans la Région du Sud

Le développement de la langue maternelle en bonne place à la deuxième édition des rentrées scientifiques du Ministère de la Recherche scientifique et de l’Innovation du Cameroun.

Dialoguer avec les Saintes Ecritures

Développement de la langue maternelle, les communautés de l’Océan se connectent

La SIL au chevet de la paix et la sécurité au Cameroun

School books available in the Baka mother language

La SIL en faveur de l’Education des enfants handicapés

De l’or, du Vermeil et de l’Argent pour récompenser le mérite à la SIL

2013: Sous le signe des stratégies innovantes pour plus d’impact

Les arts, les langues et les cultures nationales au Cœur du développement scientifique.

Pas de science sans langue maternelle

«Les facteurs du leadership des Chrétiens camerounais pour la traduction de la Bible »

Sans un pas sans vous !

L’édition en langue maternelle, une originalité attractive au salon du livre de Yaoundé

Séminaire des mots clés, Yambassa Central

Désormais, l’école en langue Baka

Effervescence autour de l’alphabétisation à la CABTAL

Du sang neuf dans le département de la Promotion des Saintes Écritures

Les comités de langues donnent le ton à l'alphabétisation

Translating is an art...

La Narration Biblique à l’œuvre dans le Mbam

Un alphabet pour le peuple BAKA

Les Bakas à la une!

Journée Internationale des langues Maternelles

Cameroon Mother Languages on the web

New Linguistics Department Head

DVD format in mother tongues

Cameroonian linguists at the summit...WOCAL!

SIL – MINREX, Un survol de la ville de Yaoundé pour couronner les liens de bonne de collaboration

Ensemble pour le développement des langues maternelles...

Language Technology

Mother Tongue-Based Multilingual Education (MLE)

Le SOLOY 207 est là

Breaking news

Bafia Reaches Out: Noun Classes and Beyond

New Cameroonian Linguists Make Significant Contributions to Language Development Projects

50th Leadership Matters Course in Cameroon

Fête de la Jeunesse 2011

SIL Cameroon in partnership with the Ministry of Scientific Research and Innovation rushes in for AGRO PASTORAL SHOW in Ebolowa

General Director Message during the FOBAC consultation.

BBC report on interest and impact of mother-tongue usage

Atelier d’échanges d’expériences en alphabétisation placé sous la présidence du Ministre de la Jeunesse

REGIONAL OFFICES

Safeguarding Cameroon’s Endangered Languages

La recherche scientifique, un facteur de production de richesses

Juillet 21- 23 : Journées d’Excellence de la Recherche Scientifique et de l’Innovation / Région du Sud (JERSIS) à Ebolowa)

HIV/AIDS was speaking my mother tongue

Diversité culturelle et Internet multilingue en Afrique

SIL Research Featured at JERSIC 2009

New Translation Training Put to the Test

Good News Spreads—Nzime to Njyem!

Another Cameroonian language now standardised.

Lance & Abby to the Ndop Plain!

Akwaya Church Leaders consider mother tongues

Triennial Conference of SIL Cameroon

The Executive Director of SIL International visits Cameroon

SIL International President visits Ejagham area in Cameroon:

Top grades

Exact, Clear and Natural

Minister of Basic Education Visits KEPP Classroom

Language connects people

Annual Report 2008 Off the Presses !

New Helicopter will be soon available

Multilingual education in Cameroon: It works

International Literacy Day 2008 in Cameroon

"Your Language is the most precious element in life that still includes all major values of your ancestors. What does that mean for your children, and your grandchildren and their future?"

News archive

Séminaire des mots clés, Yambassa Central

L’expression «mots clés» évoque au premier abord une plate forme de jeux du style «mots croisés», «scrabble», etc. Mais dans un contexte linguistique, les «mots clés» sont, comme le nom l’indique, des mots incontournables autour desquels gravitent des connotations multiples et souvent divergentes. Dans le cadre des projets de langues et de traduction de la Bible, trois comités de langues Yambassa centre ont pris part au séminaire des mots clés organisé par M. Bruce Rossington le mercredi 17 septembre 2013 dans les locaux de la SIL. Le panel était alors constitué des comités des langues Mmaala (Numaala), Elip (Nulibie) et Yangben (Nuasύe) ; des conseillers en traduction parmi lesquels Nancy Haynes et Keith Beavon ; ainsi que des stagiaires et observateurs.
Le travail des mots clés visant à recenser premièrement les mots dont la traduction littérale prête à équivoque, afin de trouver le sens adéquat pour le raisonnement biblique, chaque comité devait, en une dizaine de minutes, procéder à la présentation de son travail en ressortant les diverses compréhensions que pouvait revêtir chaque mot clé traduit en langue, et surtout en précisant les implications idéelles et spirituelles de ces mêmes mots. Les listes de mots clés recensés par les trois groupes étaient pratiquement identiques, mais on peut citer dans l’ensemble : ancêtres, Dieu, alliance, anges, chérubins, séraphins, diable, voie, foi, croire, démon, âme, sans être exhaustif. Après l’exposé de chaque comité venait des échanges enrichissants entre les panelistes, parfois pour une meilleure compréhension et souvent pour trouver un consensus satisfaisant. Cependant, bien que les sens de certains mots aient été moins accablants comme «Dieu» (Ouhaloua chez les Nulibié) qui représente l’instance spirituelle pure et suprême, et à qui les anciens avaient déjà attribués un nom ; ou encore comme «le diable» dont la traduction en langue renvoie à «l’accusateur» ou au «Grand accusateur». D’autres mots par contre : «alliance», «démon», «croire», ont suscité de grands débats sur leur perception en tant que concepts. Pour le mot «alliance» par exemple, les intervenants discutaient pour savoir s’il doit garder le sens de pacte jadis adopté par les traducteurs précédents ou s’il ne pouvait pas plutôt intégrer la logique de «l’amitié». De même à propos du mot «démon», il a été rappelé que les populations rurales l’entendent automatiquement comme quelque chose de maléfique, de mauvais, de péjoratif ; et il a été démontré par la suite que ce mot découle du latin «doemonium» qui veut dire «génie». Par conséquent autant il existe des génies bons et des génies mauvais, autant il y a aussi des démons bons et des démons mauvais, selon qu’ils tirent leurs forces de Dieu ou du diable. Le problème à ce niveau est que les mentalités se sont forgées, elles se sont enracinées et se sont transmises de génération en génération au point où réussir à les déloger serait un exploit ; un exploit envisageable certes, mais à très long terme. Quant au mot «croire», à l’issue d’exemples et d’histoires destinés à illustrer précisément le message à passer, sa traduction s’est finalement arrêtée temporairement sur «mettre le cœur» ou «accepter», parce que ne faisant pas l’unanimité.
Ce séminaire des mots clés montre les niveaux de difficultés auxquelles font face les linguistes et chercheurs dans le processus de traduction. Une leçon qui en ressort est qu’il faut toujours se rapprocher des anciens des communautés, des patriarches des villages pour parvenir à percer les mystères des mots. Mais pour ce faire, il est nécessaire que le traducteur et le linguiste arrivent à se faire adopter par le peuple cible, et qu’ils réussissent à gagner la confiance des gens du milieu. L’objectif des mots clés est de pouvoir décrypter les différents sens d’un mot pour en extraire celui qui correspond au mieux à la vision biblique. C’est également pour éviter l’emploi de mots ou d’expressions susceptibles de fausser la compréhension de la Parole de Dieu. Les mots clés dont les traductions dénaturent le sens originel subiront donc une recherche plus approfondies de chaque comité dans sa zone d’intérêt, auprès de leurs communautés respectives. Le mot de fin de M. Joseph Lovestrand a clairement signifié que beaucoup trop de mots clés sont encore suivis de points de suspension et de points d’interrogation ; mais il n’a pas manqué d’encourager les acteurs des mots clés, et d’exhorter les membres des comités à beaucoup de persévérances face à l’hostilité souvent non voilée des populations locales.

posted: 2013-10-03